La Guitare

Guitare Guitare

Informations supplémentaires

  • Famille: Cordes

Parmi tous les instruments de musique, la guitare, sous des déguisements divers, a connu, depuis ses origines jusqu’à sa prodigieuse fortune présente, un sort privilégié.

Cela tient à la facture même de l’instrument. Sa caisse plate n’exige pas pour sa fabrication une lutherie de haute école, mais l’efficacité de ses formes lui confère de remarquables possibilités musicales. D’autre part, ses dimensions – variables – restent toujours dans des limites raisonnables qui en font la compagne peu encombrante du voyageur. Elle est l’instrument populaire par excellence, mais ses possibilités expressives et la richesse de sa technique la destinent aux exercices de virtuosité les plus savants et les plus raffinés.

La guitare est un instrument à cordes pincées joué aux doigts ou avec un plectre (ou médiator). Ses cordes, au nombre de six le plus souvent, sont approximativement parallèles à la table d'harmonie. Son manche est généralement coupé de frettes près desquelles on appuie les cordes pour produire des notes différentes en changeant ainsi la longueur vibrante de la corde.

Michael Kasha, chercheur en physique moléculaire et grand passionné de guitares, décide en 1965 de lancer un programme d'étude sur le comportement vibratoire des tables d'harmonie. Il est également connu par son intérêt pour l'amélioration de la qualité sonore et la durabilité de la guitare acoustique ainsi que des instruments à cordes classiques, travaillant, pour cela, avec le luthier Richard Schneider. Le Dr. Kasha définit une guitare comme étant « un instrument à cordes pincées joué avec les doigts ou avec un plectre, ayant un long manche fretté, une table d’harmonie plate en bois, une caisse de résonnance, une tête et un dos plat, ayant, le plus souvent, des flancs incurvés ».

Par son encombrement réduit, son faible poids, sa richesse harmonique, son coût modique et son adaptation à de nombreux genres musicaux, la guitare est l’instrument favori de beaucoup pour l’accompagnement du chant, son timbre et le volume modéré de sa sonorité soutenant la voix humaine sans jamais la masquer. Comme elle permet de chanter en même temps qu’on en joue, elle est aussi prisée par beaucoup d'auteurs-compositeurs-interprètes contemporains. Il n’est donc pas étonnant que, depuis des siècles, le chanteur et sa guitare forment un couple aussi prédestiné que le cavalier et sa monture.

Evolution

Au début, l’instrument avait trois cordes et un plectre suspendu au col par un cordon. La caisse de résonance était faite de bois de cèdre poli et un morceau de cuir était placé sur la table d’harmonie de l’instrument.Un peu plus tard, une quatrième corde a été ajoutée pour permettre l’unisson. Cette « guitare » de quatre cordes s’est vite répandue dans la plupart des pays européens au cours de la fin du Moyen Âge et au début de la renaissance. Dès le début de la période de la Renaissance, le type de guitare avec 4 paires de cordes à unisson est devenu dominant, du moins dans la plupart des pays européens. La « guitare » à 5 paires de cordes est apparue en Italie sensiblement au même moment. Celle-ci a remplacé progressivement les instruments à quatre paires. L’accordage standard était réglé en la-ré- sol-si-mi comme les cinq premières cordes de la guitare moderne. Ces guitares de l’époque de la Renaissance étaient très semblables à la guitare moderne de 12 cordes : elles avaient un son plus riche que les guitares précédentes.

Au début, ces instruments avaient moins de 8 cases, mais, au fur et à mesure que la guitare a évolué, on a augmenté d’abord à 10, puis à 12 cases, cela offrant ainsi plus de « variations » et perspectives musicales.

Une sixième paire de cordes a été ajoutée par Antonio Giacomo Stradivari lui-même. Par la suite, les fabricants de guitares de toute l’Europe ont suivi la tendance. Le modèle à six paires de cordes fait progressivement place à six cordes simples, et encore une fois, il semble que les Italiens aient été la « force motrice » de cette modification (la guitare à six cordes peut donc être considérée comme étant une évolution de l’instrument à douze cordes, plutôt que l’inverse, comme le prétendent plusieurs théoriciens).

Christian Frederick Martin, un luthier allemand émigré en 1833 aux États-Unis, créa une ligne d'instruments qui, après la conversion aux cordes métalliques au début du XXe siècle, est à l'origine des guitares folk. Dans le même pays, la firme fondée par le luthier Orville Gibson adapta à la guitare la forme convexe du violon, avec un cordier séparé du chevalet.

L'invention de la guitare électrique, vers 1930, donna un nouveau développement à l'usage de l'instrument mais cet aspect ne sera pas développé dans cet article.

Un peu d'histoire

C’est dans l’iconographie qu’il faut chercher la première trace de l’instrument à cordes ancêtre de la guitare. Un détail d’un bas-relief tiré de la tombe du roi de Thèbes qui régna entre 3762 et 3703 avant J.-C. représente un homme agenouillé tenant dans ses mains un instrument à cordes et à manche.

Ainsi, une des plus anciennes guitares connues, âgée de 3500 ans, est l’instrument à cordes qu’utilisait la chanteuse égyptienne Har-Mose: elle aurait, pendant le règne de la reine Hatchepsout (qui fut couronnée en 1503 avant Jésus-Christ), utilisé une guitare comme instrument. Dès lors, ce type primitif de guitares est devenu très populaire et a été introduit à la communauté européenne par les Égyptiens et les Mésopotamiens.

Ce sont les Maures qui apportèrent les premières guitares en Europe, en Espagne au Xe siècle, d'où elles se sont ensuite répandues au Portugal et en Italie.

En France, on estime généralement que la guitare fut vraiment adoptée par les troubadours attachés au duché d’Aquitaine vers le XIème siècle.

Durant le XIIIème siècle seront composés beaucoup d'hymnes et de chansons religieuses et la guitare devient ainsi un instrument de musique savante.

En France, c’est Guillaume Morlaye qui, bien que « maître de luth », sera à l'origine de la publication, dès 1550, du premier recueil de guitare. Dans les années 1580, une terrible épidémie de peste ravage Barcelone. Un médecin catalan, Joan Carlos Amat, constate que les convalescents qui ont eu la chance de se tirer de cette impitoyable maladie restent atteints d’une neurasthénie pernicieuse, que seule la musique lui semble susceptible de guérir. C’est dans ce dessein qu’il écrit alors une méthode de guitare où est enseignée la manière d’accompagner les chants. Ainsi parut la première méthode de guitare, en 1596, à Barcelone. Elle entraîna des imitations diverses qui contribuèrent de manière décisive à la diffusion de la guitare en Europe.

Au XVIIème siècle, Le Roi-Soleil, passionné de guitare et de danse, prit des leçons avec un certain sieur Jourdan de la Salle, qui deviendra, pour Molière, le modèle du bourgeois gentilhomme. Cet illustre exemple fut aussitôt imité par tous les grands des cours royales d’Europe.

Dès 1720, la mode des instruments champêtres se répandit en France. « Voilà où nous mène la bergerie », disait un critique de l’époque, faisant allusion à la vie pastorale de Louis XV. Il ajoutait, dans les colonnes du Mercure de France de 1739 : « Les instruments à cordes pincées ne peuvent plus contenter un public habitué au bachique tapage de l’orchestre symphonique. » Dès lors, théorbes et guitares, de sonorité trop faible, tombèrent en défaveur, contrairement à la vielle (voir vielle à roue).

De 1770 à 1840, la guitare suscite un regain d'intérêt avec bon nombre de virtuoses.

Vers 1840, la guitare tombe de nouveau en décadence en France et dans presque toute l’Europe. Éloignée du domaine musical et artistique, sa technique piétine dans la routine, on l’utilise comme passe-temps ; les Andalous la reprennent pour leur répertoire populaire exclusivement. Un menuisier natif d’Almería, Antonio Torres Jurado, installé à Séville, invente alors la guitare archétype, lui donnant ses proportions définitives et une sonorité d’une puissance incontestablement supérieure. Il dégage de la construction des guitares certaines théories, toujours en vigueur, en prouvant que la pièce principale de la guitare est la table d’harmonie et que celle-ci doit être en sapin.

Description

Les différents éléments d'une guitare "classique" sont:

-        La tête: Située, comme son nom l’indique,à l’extrémité du manche, c’est sur elle que viennent s’attacher les six cordes ( en nylon ou en métal ). Leur tension peut être modifiée pour les accorder à l’aide des mécaniques, un système de vis sans fin actionnées par des clefs.

    Le manche: comme toutes les parties d'une guitare, il a aussi un rôle essentiel dans la sonorité de l'instrument, par l'intermédiaire du bois utilisé (fréquemment l'acajou ou l'érable). Est important aussi le mode de liaison du manche au corps. Sur une guitare classique, le manche est relié au corps par le talon, pièce de bois collée qui peut adopter des formes différentes suivant les luthiers.

-         La touche: fine planche de bois dur – souvent en ébène, en palissandre ou en érable – fixée sur le manche, ou pouvant être partie intégrante de celui-ci dans le cas d’un manche en érable sans touche rapportée, elle est la partie sur laquelle le guitariste pose les doigts de sa « main gauche » pour modifier la hauteur des sons produits par les cordes. Les différentes notes y sont séparées par des barrettes appelées frettes, posées à intervalle précis qui va s’amenuisant depuis la tête jusqu'au corps.

-         Les cordes: longtemps « montée » de cordes de boyau depuis ses origines, la guitare a été dotée, dès 1940, de cordes de nylon qui présentent l’avantage d’être à la fois moins fragiles, d’une précision cylindrique plus grande, d’une sonorité plus puissante et d’une plus longue durée d’émission sonore. Les trois cordes les plus graves de la guitare sont filées, c'est-à-dire qu'elles sont gainées d'une spire de métal éventuellement différent de celui utilisé à l'intérieur (parfois inoxydable) ce qui augmente considérablement leur diamètre, donne une sonorité un peu différente des cordes non-filées et surtout un son plus grave.

-         Le corps: il est doté d'une caisse de résonnance. Il se compose de trois parties principales: la table d'harmonie avec la rosace, les éclisses (deux fines pièces de bois formant la tranche de la caisse) et le fond.

La guitare est un des rares instruments à présenter des lutheries adaptées aux gauchers: La guitare pour gaucher est l'image en miroir de la guitare pour droitier, tant pour sa forme extérieure que pour sa structure intérieure. Dans une guitare acoustique le barrage de la table d'harmonie (renforts en bois collés, à l'intérieur de la caisse) est en effet différent du côté des graves et des aigus, et doit être retourné.

Accordage

Les guitares à 6 cordes sont généralement accordées (du grave à l'aigu) avec les notes: accord EADGBE (mi la ré sol si mi ).

Bibliographie: - 2003 Encyclopædia Universalis France

                               - http://fr.wikipedia.org/wiki/Guitare

                               - http://www.guitaredomination.com/debuter/generalites/histoire-et-origine-guitare/

Découvrez nos instruments

  • 1
  • 2
Prev Next

La harpe

La harpe

Etymologiquement le mot harpe vient du germanique...

La flûte à bec

La flûte à bec

La flûte est sans doute un des...

La Guitare

La Guitare

Parmi tous les instruments de musique, la...

La cornemuse centre France

La cornemuse centre France

L’origine de la cornemuse, à l’heure actuelle,...

La vielle

La vielle

La vielle à roue est le seul...

La clarinette

La clarinette

La clarinette est un instrument à vent...

L'alto

L'alto

L'Alto est un instrument à cordes frottées...

Le violon

Le violon

Le violon s'est développé grâce aux ménétriers,...

La flûte traversière

La flûte traversière

La flûte traversière est un instrument dont...

L'accordéon

L'accordéon

Les « accordéons » sont des instruments...